Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 08:28

http://www.labo-analytika.com/documents/20131010_ACSEIPICA_Rapport_analytique.pdf

Cette fois, si ce rapport d'un centre agrée est scientifiquement correct alors il n'y a plus de doute. Ces filaments qui tombent du ciel sont bien des contaminants issus de la combustion des carburants d'avions.

Plusieurs échantillons de « filaments aéroportés » collectés entre Novembre et Décembre 2012 sur l'ensemble du territoire français ont été adressés à notre laboratoire, en provenance de Thénioux, de Saint Clément des Levées, de Saint Martin de Crau et de Malabat (points de collecte localisés sur la carte de France page 118).

Pour chacun de ces échantillons, deux expériences de désorption thermique directe à Point-de-Curieont été conduites à 445°C, d'une part directement et d'autre part avec méthylation « in-situ » (un processus favorisant la détection des composants polaires éventuellement présents).

Les différents composés organiques engendrés dans cette série de huit expériences ont -chaque fois été séparés par chromatographie gaz et identifiés par spectrométrie de masse (GC/MS).

Les données obtenues ont été interprétées et les résultats obtenus sont détaillés dans le présent rapport analytique.

Il apparaît que ces « filaments aéroportés » sont des polymères organiques complexes, contenant des composants chimiques de synthèse, comme le démontre le dépistage GC/MS systématique réalisé sur les nombreux produits de leur décomposition thermique, parmi lesquels figurent plusieurs molécules couramment rencontrées dans les carburants et lubrifiants de réacteurs d'aviation.

Les quatre échantillons étudiés contiennent plusieurs composés aromatiques toxiques synthétiques (phthalates) et trois d'entre eux contiennent du DEHP, un représentant de cette famille de produits chimiques particulièrement redouté à cause de ses propriétés de perturbateur endocrinien.

Toutes les molécules organiques, en particulier les composés hétérocycliques, présents dans ces échantillons de « filaments aéroportés », sont préoccupantes, -à la fois sur les plans de la santé publique et de leur impact environnemental.

Nous pensons que ces « filaments aéroportés » pourraient résulter de la recombinaison des substances rejetées en haute altitude dans l'atmosphère par les réacteurs d'aviation.

Compte-tenu de la croissance du trafic aérien mondial, les résultats de cette étude préliminaire nous paraissent justifier l'attention de l'opinion publique et des médias sur cette forme nouvelle de pollution atmosphérique.

Pour que la communauté scientifique se saisisse rapidement du sujet pour le comprendre, et que lesautorités de tutelle de l'aviation, civile ou militaire, puissent alors contrôler efficacement cette nouvelle forme de pollution atmosphérique globale.

RAPPORT ANALYTIQUE

CLIENT:_02918_ _121112_ACSEIPICA-18 (Page 2)

Cuers, october 10th. 2013 Attn: Association ACSEIPICA-18

Subject: DTD-GC/MS screening on « air borne filaments » samples.

Several samples of « air borne filaments » collected in November and December 2012 throughout the french territory were sent to our laboratory (originating from Thénioux, Saint Clément des Levées, Saint Martin de Crau, and Malabat (collection points located on the map of France, page 118).

For each of these samples, two Curie-Point thermal desorption experiments were conducted at 445°C, directly as well as after in-situ methylation (a process allowing detection of polar compounds potentially present).

The organic compounds generated in this series of eight experiments were -each time- separated by gas chromatography and identified by mass spectrometry (GC/MS).

The data obtained were interpreted and the detailled results are presented in this analytical report.

It appears that these « air borne filaments » are complex organic polymers, containing many synthetic chemicals, as evidenced by GC/MS screening of their thermal decomposition products.

Many organic molecules commonly encountered in the composition of jet fuels and jet reactors lubricants were evidenced in this investigation.

The four samples studied contain several toxic synthetic compounds (phthalates) and three of them contain DEHP, a member of this family of particular concern due to its properties of endocrin disruptor.

All organic molecules, particularly the heterocyclic compounds, present in the « air borne filaments » samples represent a strong concern, for public health as well as environnemental protection.

We think these « air borne filaments » could result from the recombination of substances that are rejected at high altitude in the atmosphere by jet engines.

Considering the fast growth rate of the world-wide air transportation industry, the results of our preliminary study should draw the attention of the public opinion and of the media on this new form of atmospheric pollution.

Hoping the scientific community will soon begin studies to understand the subject, so that the air transportation authorities can play an efficient role in controlling this new form of global atmospheric pollution.

------------------------------------------

La cause de la maladie du morgellon serait elle là ?

Ce qui est certain c'est que ces filaments aériens ne doivent pas être touchés, manipulés les mains nues. Le risque de contamination n'est pas négligeabe loin de là .

La nature, la biodiversité est elle menacée ? Les animaux ? les insectes ?

C'est hélas fort possible.

Des filaments qui tombent du ciel

morgellon...

Des nanoparticules partout ..... Un empoissonnement généralisé .

Morgellon(s)  ."'"''.    Des filaments aériens....une nouvelle source de contaminants

Partager cet article

Repost 0

commentaires